lundi 24 mai 2010

87. Coccinelle, demoiselle....

Je l' ai invitée sur mon rosier, où il y a plein de pucerons à boulotter. 
Elle m'a répondu : non merçi, qu'elle choisissait toute seule son resto. 


C'est un peu snob une cocinelle finalement....
De plus, à bien l'examiner, je me demande si ce n'est pas une de ces coccinelles asiatiques?
Difficile de trancher, elles ne sont pas facilement identifiables...
La coccinelle asiatique est une coccinelle de grande taille, à la coloration des élytres très variable : elle peut être noire, rouge, orangée, avec un nombre de points allant de 1 à 9.
Pour celle -ci, par contre, aucun doute, c'est bien la coccinelle à 7 points, bien de chez nous, et l'espèce la plus connue . On trouve aussi des coccinelles à 2, 5, 7, 14 etmême 24 points. Contrairement à une idée répandue, le nombre de points sur les élytres d'une coccinelle ne correspond pas à son âge, ni en nombre d'années. Ce motif dépend de l'espèce, et permet de la caractériser. 
Les coccinelles sont très utiles dans la lutte contre les insectes nuisibles, comme les pucerons et certaines cochenilles qu'elles dévorent en grandes quantités. 




Pendant la saison froide, les coccinelles se mettent en diapause, et trouvent refuge sous les pierres, sous l'écorce des arbres, ou... dans nos maisons ! 
La coccinelle asiatique, ( Harmonia axyridis) est une espèce aphidiphage  et se nourrit de pucerons. Elle est originaire de Chine et a été importée en très grand nombre en Europe et aux Etats Unis dans le cadre de la lutte biologique. Mais son comportement, sa prolificité et sa voracité en ont fait perdre le contrôle, et elle est désormais considérée comme nuisible pour de nombreuses expèces de coccinelles autochtones dont elle envahit le territoire et qu'elle tend à éliminer. 

samedi 8 mai 2010

86. Les périls de la Photo Macro....


Les périls de la photo Macro: ... volet   2 



mardi 4 mai 2010

85. Pour Changer

une petit guèpe, , et surtout un bon prétexte à essayer mon nouvel objectif Macro...

Poliste Dominulus ou poliste Gaulois( femelle) sur Sedum Palmeri

dimanche 2 mai 2010

84. Idylle au jardin

Mon jardin n’est pas immense, mais il abrite tout un mini monde qui me séduit et me fascine chaque année.
Je vous ai déjà parlé de mes copines  les Polistes, et aujourd’hui, je voudrais vous présenter mon nouvel ami, Godzilla.
Godzilla est un vigoureux lézard des murailles qui a élu domicile dans un tas de grosses  pierres disposées sous la gouttière. J’y ai planté de jolies fleurs, et l’année passée, le quartier était habité par une reinette aussi jolie que placide ( voir photo de «  la fiancée de Mr todd ») j’espérais la revoir, aussi quelle ne fut pas ma surprise de constater que le logis avait changé de locataire ! 


















Godzilla fut aussi surpris que moi, et fila se cacher sous les grosses pierres. J’eus l’impression de le reconnaître… Ce qui ne serait pas si surprenant car en avril  il est trop tôt pour voir des jeunes, et ses  dimensions plus qu’honorables (plus de 20 cm)  attestent que notre baroudeur  (plein de cicatrices !) est un individu adulte. Un lézard des murailles vit en moyenne 4 à 6 ans, et peut même atteindre 10 ans d’âge.
Ce petit reptile est protégé en France, il boulotte toute une série d’insectes qui vous font peur et vous embêtent (araignées,  pucerons, lombrics, mouches, moustiques etc. )
Il est assez facile à observer, car s’il se cache dès qu’il vous voit, il revient assez vite vous observer d’un petit air méfiant. Restez tranquille et patient, et il reprendra son bain de soleil sans plus trop se soucier de vous.  
Nous avons commencé à bavarder, je l’ai complimenté sur ses belles couleurs ( observez ces taches bleues sur ses flancs) nous avons commenté les nouveautés du quartier depuis l’année passée.
- « je cherchais la grenouille, tu ne l’as pas vue, par hasard » ?
- « La grenouille, non, mais ton horrible chat oui ! »   me répondit-il courroucé.


J’ai fait l’innocente :
- « Saba ? tu es sûr ? Tu sais, il se fait vieux, et ne sort plus guère…..
- «  Et ma queue ? Ma belle queue colorée, qui l’a mangée, alors ? »  
me demanda-t-il.
Il se retourna et mon montra son moignon de queue et une belle cicatrice sur le dos. 

Le sacrifice de la queue  lui aura sauvé la vie. Cette faculté qu’ont les lézards d’abandonner les deux tiers de leur queue aux prédateurs s’appelle« autotomie ».
 Le morceau de queue abandonné frétille vivement et monopolise l’attention du prédateur, tandis que le lézard en profite pour filer en douce. La queue repousse ( on le voit sur la photo) moins belle qu’avant, mais…ce subterfuge ne peut fonctionner qu’une seule fois !
J’invite donc mon nouvel ami à se montrer plus méfiant à l’avenir puisqu’il a désormais perdu sa botte secrète, et je promet de tenir Saba à l’œil (hum !)

Les jours passent et nous nous saluons poliment quand j’arrose les fleurs ou sort le chien.




Mais voilà que ce matin, Godzilla me réservait une surprise :

Il n’était pas seul !
La demoiselle était un peu intimidée, mais fut bien vite  rassurée par mon ami








Je suis très heureuse de cette idylle, et de la confiance que Godzilla m’a manifestée.
Si tout va bien et que la relation perdure ( cela dépendra surtout de Saba, Godzilla étant me semble-t-il de taille à décourager les rivaux) Un mois environ après l’accouplement, la femelle ( appelons la Rapiette) pondra de 2 à 10 oeufs de couleur crème et à la coquille parcheminée. Elle les déposera vraisemblablement  sous une des grosses pierres . La durée d’incubation dépend de la température ambiante. Elle varie entre 6 et 11 semaines. La plupart des jeunes naissent de la fin juillet à la mi-août. Ils sont adultes à l’âge de deux ans environ.

Je suis toute émue… croyez-vous qu’ils me demanderont d’être marraine ?